Articles par: Ludovic

Je t’embrasse

Je t’embrasse

équipe du spectacle: avec Rossandra Nicoletti & Frédéric Kusiak Mise en scène de Sifiane El Asad Assistanat à la mise en scène: Mihaela Fusaru & Yannic Duterme Décors sonores: Benjamin Richard-Foy Régie: Éric Mujana Mbuyamba Costumes: Lola Accessoires : Valérie Leclercq Conseil artistique : Anne-Claire Backes Gicquel Graphisme: Céline De Vos-Brindeau en coproduction avec « Cité Culture », le centre culturel de la Ville de Bruxelles www.fantasticollectif.net Sorti de « Lettres sans frontières par Roger Job », recueil de lettres adressées par des médecins humanitaires à leurs familles et leurs amis entre 1981 et 1994, âge d’or pour certaines ONG. Cette adaptation théâtrale raconte le parcours de « Serge», un jeune médecin qui s’engage sur le terrain humanitaire en 1982. Il veut sauver le monde! Son initiation ne se fera pas sans douleur. La solitude de l’éloignement le conduit à désirer plus son travail sur place qu’un retour, de moins en moins probable, auprès de ses proches. Heureusement une ombre veille sur lui… www.infojetembrasse.wix.com/jetembrasse Nouveau Lieu ! A l’occasion de ce spectacle, nous occuperons un lieu atypique dans une annexe de la Cité Culture. Nous y poserons une structure temporaire capable d’accueillir plus de 120 spectateurs. Tous les éléments d’une salle de spectacle seront disposés: bar, accueil, salle, toilettes… Nous espérons ainsi convaincre de la nécessité d’affecter ce lieu à la création et à la diffusion. Une raison de plus, de nous y rejoindre. avec le soutien de : le «SKarab Théâtre» , « Art & Vie », « Novaedes », « Loca-Déco » & «Art.27»   « Panshir, Afghanistan. Été 1981.  Quelques lignes pour te dire… Que parfois, la solitude et la détresse me nouent le ventre. Que parfois le soir, j’éteins la lampe à pétrole et j’écoute les bombardements Je les sens venir à moi et je voudrais sortir tout de suite et courir vers les montagnes. Mais je n’ose pas réveiller les autres, j’ai peur du ridicule. L’angoisse me prend à la gorge et je m’assieds sur mon matelas, l’oreille tendue, entendant venir l’un après l’autre les bruits sourds des canons si proches. Je pense qu’on est fou de venir au milieu de tout cela.Qu’on peut mourir tout à coup, sans avoir le temps de rien… »     Sorti de Lettres sans frontières par Roger Job, recueil de correspondances de l’étranger, par des médecins sans frontières entre la fin des années 80 et le milieu des années 90. Ce projet là, est...

En savoir plus

La Procure

La Procure

Pour tout ce qui concerne les moulages et la fonderies, une seule adresse LaProcure. Stages et démonstrations dans une ambiance de partage. N’hésitez pas à visiter le site www.laprocure.be...

En savoir plus

Benji Lali

Benji Lali

Il en est à son deuxième album. Des ritournelles langoureuses jazzy. Des romances du quotidien. Des compositions travaillées et inventives. Des mini-trips à cordes. Un jeu personnel qui nous ramène à nous-même. Suivez ses tribulations…...

En savoir plus

Monsieur Smits

Monsieur Smits

Un groupe qui décoiffe. Un groupe explorant l’étrangeté. Un groupe spontané. Leur tout premier album se trouve dans les bacs. Il ont l’air d’une ligue fantastique. Sans prétention, ils arrivent à vous faire sombrer dans rêves incongrus. Entre Rock alternatif, electro, modern folk… bref un nouveau regard sur la chanson française. Et comme diraient certains “ça déchire!”....

En savoir plus

Anaïs H

Anaïs H

Elle fait partie de ces artistes qu’on oublie pas. Elle vient de sortir son premier album et il est dans les bacs. Si vous ne connaissez pas , ça ne tardera pas. Elle a de la hargne et de la grâce. Nous on aime et on vous le fait...

En savoir plus

Aspartame

Aspartame

 « L’abus de biens et de consommation est un fardeau qui rétrécit l’existence. L’absence d’encombrement procure de l’espace pour penser, et sans doute même pour comprendre. » John Pawson, Extrait de Minimum   Lisa se retrouve dans l’appartement de sa sœur jumelle, Maria, pour ranger ses affaires. Elle n’avait plus eu  de ses nouvelles depuis quinze ans. Or Maria s’est tuée dans un accident de voiture. En mettant de l’ordre, Lisa va découvrir des tickets de caisse derrière lesquels Maria notait des réflexions, des poèmes…, une sorte de journal intime. C’est ainsi qu’elle découvrira quelle était la vie de Maria: une vie très stressante partagée entre le travail, les achats et la solitude. Dans cet appartement, les objets semblent vivre et faire revivre Maria On suit quelques scènes de sa vie, quelques-uns de ses états d’âme et son désarroi final. Entre deux tickets de caisses ramassés par Lisa, Maria nous apparaît tel un fantôme. Elle se raconte avec humour. Elle travaille dur et consomme à corps perdu. Elle aime faire des trouvailles. C’est la compétition, comme dans sa boîte où elle est secrétaire de direction. Sa vie semble structurée et remplie. Mais la pression monte, l’entreprise délocalise et licencie.  Quand son entreprise déménage, elle perd son emploi et avec, son pouvoir d’achat… La vie est à revoir… Les tickets de caisse accumulent les bouteilles d’alcool et les boîtes de tomates pelées. Les amis disparaissent, Maria tient bon puis craque. Reste un journal intime écrit sur des tickets de caisse…   Message : Aspartame, par le biais d’un drame, fait contraster deux philosophies de vie. L’une comble son vide avec des promotions, l’autre a trouvé la douceur de vivre dans l’exil. Plus qu’une satire de nos « boulimies de consommation », elle brosse à travers l’histoire de Maria et Lisa, le portrait doux-amer d’un quotidien que l’on tente vainement de fuir quand s’installe la solitude. On retrouve l’écriture orale, pointue et limpide, teintée d’humour d’Eric Durnez. (dixit Nurten AKA et Nathalie Delage.) Extraits : Maria : « Faut apprendre à aimer la lutte, aimer la compétition, tu verras, ça devient une drogue, une vraie drogue.  Si tu t’arrêtes, si tu commences à réfléchir, à te plaindre, t’es foutue, Viviane, t’es morte.  Le train ne s’arrête pas.  Tu as voulu respirer deux minutes sur un banc, le train est reparti, la gare abandonnée, tu n’as rien vu venir.  Moi, la pression j’aime ça.  Le stress, les résultats, les objectifs plus 25, c’est un jeu, Viviane, une...

En savoir plus

Je lis

Je lis

Adaptation théâtrale de « L’Analphabète » de Agota Kristof Interprétée par Lisou De Henau, Laurence Voreux, Manuella Ammoun et Marielle Van Camp (en alternance avec Maryse Dinsart et Élise Harou) Mis en scène par Sifiane El Asad Scénographie et costumes de Valérie Leclercq Assistée d’Isabelle Jamsin Chargé de production: Thiebault Vanden Steen Une coproduction de Lire & Écrire et du Fantastique Collectif en partenariat avec La Maison du Livre (Bibliothèque de Saint-Gilles) Ce spectacle soutenu par La Communauté Française de Belgique: Tournées Art & Vie Pour accéder au site dédié au projet « Je lis. » rendez-vous sur Site Internet « Je lis »     L’Analphabète est le premier récit autobiographique d’Agota Kristof. Onze chapitres pour onze moments de sa vie, de la petite fille qui dévore les livres en Hongrie à l’écriture des premiers romans en français. L’enfance heureuse, la pauvreté après la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues ennemies que sont l’allemand et le russe, la fuite en Autriche et l’arrivée à Lausanne avec son bébé. Ces histoires ne sont pas tristes, mais cocasses. Phrases courtes, mot juste, lucidité carrée, humour, le monde d’Agota Kristof est bien là, dans son récit de vie comme dans ses romans. L’Analphabète, Editions Zoé, 2004     Mot du Collectif à propos de « L’Analphabète » Un peu plus de 5 ans que « Je lis. », tourne, et pourtant nous n’avions pas exploré toutes les possibilités thématiques de cette œuvre. Après une période de pause, le spectacle « Je lis. » repart avec une nouvelle énergie. De nouveaux objectifs en entretenant les anciens. Suite, au désir de certains enseignants de voir cette pièce dans leur établissements, nous avons entamé des démarches de reconnaissance de l’identité pédagogique. Il en résulte que les écoles secondaires pourront utiliser cet outil pédagogique. Passé aux Rencontres de Théâtre Jeune Public 2011 à Huy, nous bénéficions de l’intervention Art & Vie. Pourquoi le spectacle s’intitule «Je lis.» et non «L’Analphabète» ? Les apprenants en alphabétisation sont des personnes qui n’ont pas eu l’opportunité de recevoir les bases nécessaires leur permettant de pouvoir lire et écrire. Ce n’est bien entendu ni un problème de faculté intellectuelle ni de paresse. Néanmoins, le terme «analphabète » est généralement vécu comme un stigmate pour ceux qui y sont confrontés. Agota Kristof, elle, est alphabétisée, et depuis sa plus tendre enfance nous dit-elle....

En savoir plus

Dagon

Dagon

Dagon & Other Macabre Tales Ça se passe en 1922, dans un débit de boisson assimilé au « Commercial House ». Deux clients moqueurs, lisent tour à tourdes nouvelles sorties de la publication « Weird Tales », sensées leur faire peur… Il s’agit de nouvelles de Howard – Phillips Lovecraft. Celui-là, prétend avoir vu des choses terrifiantes. Les trois hommes découvrent ses déclarations et ses souvenirs. Soudain les lumières s’éteignent. Au retour de la lumière, un nouveau client caché par une cape, est assis dans un coin de l’établissement… Il va leur faire passer l’envie de rire. A des tables en bois, et en costumes d’époque, les acteurs liront et conteront, des nouvelles sorties du recueil « Dagon & other macabre tales » de Howard – Phillips Lovecraft. D’une manière ou d’une autre, toutes les nouvelles du « Dagon » seront abordées. Si vous voulez passez un moment intime et chaleureux avec des créatures, n’hésitez pas, venez assister à « Dagon & Other Macabre...

En savoir plus